TRANSFORMISME 2 / La langue classique aux oubliettes

  • Anthony Le Cazals
  • Langage
Je vous invite à chercher "Grafitti Lagny LaPlaine" et vous trouverez ce qui était l'un des plus grand spot de street art de France.

Je vous invite à chercher "Grafitti Lagny LaPlaine" et vous trouverez ce qui était l'un des plus grand spot de street art de France.

C'est toujours une bouche qui parle ; mais le son a cessé d'être le bruit d'un corps qui mange ; pure oralité, pour être la manifestation d'un sujet qui s'exprime.

Gilles Deleuze, DzLS_212

La langue est ce muscle fragile et flexible, attaché sur les bords du visage d'homme et capable d'articuler matériellement, comme monde, les différences des choses.

Jean-Pierre Faye, FayIL_238

Nos deux cousins, Gilles et Jean-Pierre, sont encore pris dans la triade kantienne, qui a récemment explosé à la fin du XIXe en philosophie et au début du XXe en physique. Il parle encore à propos de la langue de sujet qui s'exprime pour refléter le monde. C'est la le moi et le monde comme dimensions classique dépassées, qui présupposent une langue qui cadre l'expérience à la manière d'un Dieu. Toutes ces définitions de la langue (latine) sont encore prises dans le cadre classique, moi, monde, dieu come Idées de la raison Pure. Je m'avance peut-être mais c'est peut-être plus Kafka qu'Artaud (qui en est resté au bouddhisme) qui en aperçoit la sortie.

1°)Dans le combat qu'il mène entre lui et le monde, il y a toujours présente cette dimension d'intériorité où la main tendue pour toucher le monde se retirera peut-être brusquement comme si, tâtonnant, elle avait senti le feu." " C'est un grand bonheur que de pouvoir extérioriser aussi spontanément le mouvement intérieur"."Car l'intérieur et l'extérieur sont liés. Coupés l'un de l 'autre, ce sont deux aspects déroutants d'un mystère que nous ne pouvons que subir sans le déchiffrer." JanCK_58_53_42 Kafka n'arrive pas à sortir de cela : "Tout geste en direction du monde est un geste vers l'intérieur". Mais dans son transformisme qui n'est pas exactement la transfiguration de la vie par la littérature, il s'en prend à l'imagination comme refuge (_54 à propos de Poe), à la littérature comme fuite _52 ou trahison face àa la réalité, par exemples par le biais des métaphores dont il rejette l'usage.

[A SUIVRE]

Le site du cazals - Ce site n'engage que ses auteurs et non le département de philosophie de Paris 8  -  Hébergé par Overblog