INFO / Programme du Rémouleur (Bagnolet) Janvier 2015

  • Anthony Le Cazals

Le Rémouleur

 

local auto-organisé de lutte et de critique sociale
106, rue Victor Hugo
93170 Bagnolet
(M° Robespierre ou M° Gallieni)

https://infokiosques.net/le_remouleur
Mail : leremouleur@@@riseup.net
S’inscrire à la lettre d’info du local

Horaires des permanences (avec accès à l’infokiosque, à la bibliothèque et aux archives) :
le mercredi de 16h30 à 19h30
et le samedi de 14h à 18h.

Entrée libre et gratuite.

******************************************************************************************************************

Vendredi 2 janvier à 16h30
Café des CAFards
Rendez-vous le 1er vendredi de chaque mois, de 16h30 à 19h30.

Nous sommes des centaines de milliers, rien qu’en Ile-de-France, à dépendre des institutions sociales, pour nos revenus, pour le logement, bref pour vivre. Et nous sommes des centaines de milliers à être considérés par la CAF, Pôle-Emploi, ou la Sécu, comme des fraudeurs en puissance, des mauvais pauvres à rééduquer, et à ce titre, contraints de nous soumettre à des contrôles, des humiliations, à l’arbitraire, pour conserver nos maigres allocations. 
Au chômage comme dans l’emploi, la culpabilisation, la peur de se faire radier ou virer tend à neutraliser par avance toute forme de défense collective. C’est pour s’opposer à cette politique que les CAFards, collectif de chômeuses et précaires, proposent un rendez-vous ouvert à tous une fois par mois pour échanger nos expériences, débrouiller ensemble des dossiers litigieux, s’organiser pour partager les moyens de se défendre sur les lieux de gestion de la précarité. Pour affirmer d’autres valeurs que celles du travail et du mérite, d’autres désirs que ceux que cette société voudrait nous faire intérioriser. Là où ils voudraient nous enfermer dans la peur et l’isolement, il nous faut inventer de nouvelles formes de lutte et de solidarité !

Samedi 3 janvier de 14h à 18h
Permanence "Sans-papiers : s’organiser contre les expulsions"
Chaque 1er samedi du mois, lors des permanences vous pourrez discuter et rencontrer des personnes ayant participé à la brochure "Sans-papiers : s’organiser contre les expulsions. Que faire en cas d’arrestation ?". Il s’agit d’un guide pratique et juridique, écrit à partir d’expériences de luttes de ces dernières années, pour s’organiser contre les expulsions.
Entre 16h et 18h, une discussion collective sur les papiers aura lieu avec le collectif Baras (régularisation, travail, AME, asile, domiciliation...).

Samedi 3 janvier à 18h
Projection de "The Land between" (de David Fedele, 2013, 1h18, VOSTFR) et discussion sur la situation des migrants au Maroc
Projection du documentaire de David Fedele sur la situation des migrants subsahariens dans les montagnes de Gourougou (à côté de l’enclave espagnole Melilla située au Maroc) où ils sont des centaines à vivre. Les personnes parlent de leurs parcours, des tentatives de passage des barrières hautement militarisées, des violences des policiers espagnols ou marocains...

Mercredi 7 janvier à 14h, devant le tribunal de Pantin
Manifestation du collectif Baras pour la régularisation des sans-papiers
RDV à 14h devant le tribunal de Pantin (41 rue de Delizy, à Pantin, métro Église de Pantin) pour aller jusqu’à la préfecture de Bobigny.

Jeudi 8 janvier à 19h30
Soirée Oscar Grant / La police assassine
Projection de "Fruitvale Station" (de Ryan Coogler, 2013, 1h25, VOSTFR) + vidéos-archives des manifs et émeutes qui ont fait suite à l’assassinat d’Oscar Grant + discussion libre
Le 1er janvier 2009 au matin, Oscar Grant, un jeune Noir américain, est abattu d’une balle dans le dos par la police, sur les quais de la station de métro Fruitvale, à Oakland, en banlieue de San Francisco. Le film raconte les 24 heures qui ont précédé le meurtre.
Après la projection du film, quelques courtes vidéos montreront les manifestations et émeutes qui ont suivi la mort d’Oscar Grant en janvier 2009 ainsi que celles consécutives au verdict acquittant partiellement le policier responsable de la mort d’Oscar Grant, en juillet 2010.
Cette soirée pourra être l’occasion de faire le lien avec la situation en France, où plus de 120 personnes ont été tuées par la police depuis le début des années 2000. Pourront également être abordées des questions entourant le mouvement qui a fait suite à la mort de Rémi Fraisse le 26 octobre dernier, mouvement toujours en cours, notamment contre les violences policières. Pour ce qui concerne la France, on peut rappeler le lynchage de Wissam El Yamni par la police, un 1er janvier lui aussi (en 2012 à Clermont-Ferrand), et la mort d’une balle dans le dos d’Amine Bentounsi, en avril 2012 à Noisy-le-Sec...

Mercredi 14 janvier à 15h30 précises
Ciné-goûter
Projection et goûter à partager, pour les enfants du quartier et d’ailleurs !
La projection de janvier est à partir de 4/5 ans.

Jeudi 15 janvier à 19h30
Luttes sociales en Bosnie-Herzégovine
Avec l’auteur du texte "Retour de Bosnie", on parlera de la situation sociale et politique en Bosnie en la plaçant d’abord dans son contexte historique : la résistance en Yougoslavie face à la vague de restructurations socio-économiques violemment imposées aux différents secteurs du prolétariat européen dans les années 1980. Résistance écrasée par la guerre et les nationalismes et par l’éclatement de la Fédération yougoslave, le tout sous l’égide de "Communauté des Nations".
Après presque 20 ans, les luttes qui ont éclaté en Bosnie-Herzégovine en février 2014 ouvrent-elles une nouvelle période de dépassement des contextes nationaux-nationalistes ? Deux court-métrages : "Entretiens avec des travailleurs à Tuzla" (8mn) et "Le soulèvement en Bosnie" (14mn), VOSTFR, 2014, permettront de s’interroger sur les contenus et les formes de ces luttes.

Vendredi 16 janvier à 18h, au centre social l’Attiéké
Cantine de soutien à la ré-impression du guide "Sans-papiers - S’organiser contre l’expulsion - Que faire en cas d’arrestation ?"
Ça se passe au centre social Attiéké, 31 boulevard Marcel Sembat à Saint-Denis, métro 13 Porte de Paris ou RER Gare de Saint-Denis. Le repas et les boissons sont à prix libre.
18h : présentation du guide et discussion sur les rafles à Paris et en banlieue, retour sur les expériences de lutte à Barbès et ailleurs.
19h : repas végétarien/vegan.

Mercredi 21 janvier à 19h30
Assemblée du collectif "Cadécol"
Quand on participe à des luttes ou à des mouvements sociaux (sans-papiers, mal logés, chômeurs, travailleurs…) on est souvent confronté à la répression. Face à elle, on ne se retrouve pas tous dans la même situation. La justice fonctionne comme le reste de la société : dans un rapport de classe. La caisse d’autodéfense juridique collective est un outil pour élaborer ensemble un discours public permettant de continuer à défendre les raisons de la lutte, se réapproprier les stratégies de défense et ne pas les laisser exclusivement aux spécialistes du droit, mutualiser les moyens de défense (contacts avocats, argent pour les premières dépenses), partager nos expériences et débattre sur la justice, le droit et la manière de réagir face à la répression. 
Chaque 3e mercredi du mois.
Contact : cadecol@@@riseup.net

 

Mercredi 28 janvier de 16h30 à 19h
Rendez-vous du collectif "Prenons la ville"
Désormais chaque 4e mercredi du mois.
Des projets de transformation du Bas-Montreuil et du quartier des Coutures à Bagnolet sont en cours. Des centaines de personnes seront obligées de quitter leur logement. Le collectif "Prenons la ville" propose un moment de rencontres, d’échanges et d’organisation le 4e mercredi de chaque mois. Cette réunion permettra de faire ensemble le point sur l’avancée du projet et des problèmes qu’il entraîne ; de lutter contre la hausse du coût de la vie, des loyers, contre le départ forcé des quartiers où nous habitons...
Contact : degage-onamenage@@@riseup.net

Jeudi 29 janvier à 19h30
Projection de "Sur la planche" (de Leïla Kilani, 2012, 1h46, VOSTFR)
Quatre jeunes femmes, ouvrières dans la zone franche du port de Tanger, sont divisées en deux castes : Badia et Imane "les filles-crevettes" décortiquent à la chaîne, payées au kilo, Asma et Nawal, "les filles-textile" sont payées 1€ de l’heure à trimer pour les grandes marques internationales, travail considéré comme une promotion sociale, un eldorado salarial.
"Ils me volent mon temps, ils ne me voleront pas ma peau”. Bien décidées à ne pas se laisser bouffer, ensemble, elles vont faire les 400 coups, défiant la légalité et leur condition de femme.
Badia : "Mieux vaut être debout, tenue par son mensonge, qu’allongée, écrasée par la vérité des autres. Je ne vole pas, je me rembourse. Je ne cambriole pas, je récupère. Je ne trafique pas, je commerce. Je ne me prostitue pas, je m’invite. Je ne mens pas. Je suis déjà ce que je serai. Je suis juste en avance sur la vérité : la mienne !".

******************************************************************************************************************

Appel à soutien financier

Le Rémouleur est un lieu ouvert depuis début 2011 pour se rencontrer, échanger et s’organiser. On peut s’y réunir, boire un café et discuter, lire, écrire des tracts, trouver des infos... S’organiser collectivement, hors des syndicats, des partis et des structures hiérarchiques. Pouvoir se donner des armes pour le futur par la diffusion d’idées et de pratiques, en discutant et en confrontant nos positions politiques. Apporter force et consistance aux luttes présentes et à venir. Parce que nous voulons transformer radicalement cette société, ni plus ni moins ! Tendre vers un monde sans exploitation ni domination, sans État ni frontière, sans argent ni propriété privée...
Dans un monde où l’argent règne encore en maître, nous avons encore besoin de payer un loyer. Nous avons choisi de louer un local avec pignon sur rue pour pouvoir y développer des activités pérennes, gratuites et accessibles.
Parmi ces activités, des projections, présentations de thèmes et d’ouvrages et des discussions sont organisées chaque mois. Des collectifs de lutte se réunissent régulièrement au Rémouleur et y organisent des permanences : Cadecol, Caisse de défense collective ; Prenons la ville, concernant la restructuration urbaine ; Les Cafards, quant aux différentes institutions comme la CAF et Pôle Emploi ; et une permanence "Sans-papiers, s’organiser contre l’expulsion".
Le local contient une bibliothèque dont la plupart des livres peuvent être empruntés. Des films sont également accessibles. Des tracts, brochures et affiches ainsi qu’un fond d’archives sont à disposition. Les brochures et les livres d’éditeurs indépendants diffusés au Rémouleur sont à prix libre, et l’argent récolté est réinvesti dans l’achat de livres et brochures payés à leur prix de revient et dans quelques dépenses courantes du local.
Reste le problème du loyer. Les moyens que nous nous sommes collectivement donnés pour trouver de l’argent (concerts, apéros, etc.) ne suffisent pas. Nous lançons donc un appel à soutien financier sous forme de dons uniques ou répétés.
- Par chèque à l’ordre de "Plumes" à déposer aux permanences ou à envoyer à l’adresse suivante :
Le Rémouleur, 106 rue Victor Hugo, 93170 Bagnolet
- En liquide, aux permanences
- Par virement, en venant aux permanences ou en envoyant un mail à leremouleur@@@riseup.net

Le site du cazals - Ce site n'engage que ses auteurs et non le département de philosophie de Paris 8  -  Hébergé par Overblog