SEMINAIRE LORAUX / Séance du 15 janvier 2015, résumé

  • Anthony Le Cazals
  • Séminaire
SEMINAIRE LORAUX / Séance du 15 janvier 2015, résumé

Patrice Loraux a débuté son séminaire en qualifiant d'"épiphénomène" la manifestation de dimanche même si cela pouvait avoir des incidences sur nos vie. Vous savez que Wittgenstein est un très grand philosophe (peut-être dans la seconde définition qu'en donne Patrice ramenée sous le terme de "philo 2") aussi Patrice débute-t-il son séminaire de la semaine prochaine par une citation de Wittgenstein. Patrice a insisté sur le polymorphisme dont je le qualifiait dans ma thèse. Il a par ailleurs redonné une définition du latéral, terme qu'il employait bien avant 2003, comme élan effractif qui modifie irrémédiablement la configuration de l'entendement. Il a aussi insisté sur l'expérience merveilleuse. C'était réjouissant, mais je ramène sa richesse à mes propres intérêts et interrogations, qui ne sont pas vos intérêts du moment. Il est bon parfois d'avoir un contre-pied tout à fait stimulant qui n'a rien à voir avec l'actualité mais dont l'effervescence répond sans urgence à cette même actualité. Le séminaire me paraît plus volontaire, plus déterminer, puisqu'il s'attaque, au-delà d'une propédeutique, à des problèmes laisser en suspens mais porteur d'un changement d'entendement. Je l'ai senti moins idéaliste que l'année dernière, moins dans la volonté systématique de conclure son propos, au lieu de laisser l’auditeur à sa propre conclusion (un des règles d'écriture de certains philosophes non systématiques). Il a donné trois traits de son polymorphisme, il est multiple (il n'a pas développé); il prend en compte la diversité des points de vue (je crois qu'on parlerait de minorisation de la pensée, de perspectivisme) sans qu'il y ait un point de vue dominant ou en surplomb, enfin il préserve les prédicats (je relève tel quel sans pouvoir expliciter). C'est comme si à un moment donné la configuration effractive (l'inattendu, l'événement non relevé) était à la fois son changement d'entendement, entrant dans l'atmosphère [0], et le latéral, car ce n'était plus seulement l'élan qui était effractif mais la configuration polymorphe. Je me permets de rapprocher le négatif chez Hegel du positif chez Bergson, comme ce qui dispose l'irréductible à la réduction, c'est-à-dire l'inachevable à l’achèvement ou encore l’indicible au discours (c'est Badiou qui prend là un coup dans mes analogies explicatives, car l'inachevable est une de ses catégories, alors qu'il n'y a que des élans, des processus qui soient inachevés sans aucune interaction avec la fin, sauf la peur parfois). L'irréductible ce me semble être l'absolu chez Hegel ou l'interminable de la transposition d'un registre (grec ou autre), mais c'est au niveau deu langage le mot qui commence par une majuscule, le "il y a" suivi d'un 'gros mot" ou "flatus vocis" en attente d'analyse. Ce négatif, Patrice, l'a opposé plus loin, en quelque sorte, à la conception diplomatique et positive de Bergson où l'élan de vie emprunte dix trajectoires qui sont parfois des impasses mais qui poursuit loin des blocages sans tenir compte du commencement, de la fin, du support et de la garantie (cf. les tables de catégories de Kant disposées en losange). D'où le reproche analytique fait à Bergson de ne pas avancer par arguments mais en somme à la flambe de l'intuition, la présence de l'argument est déportée, concaténée. C'est que pour tout philosophe, il y a un prédécesseur, bref de l'archaïque dont on tient plus ou moins compte mais qui pousse à l'ornière, ornière qui peut être celle de l'entendement, [mais aussi au-delà de l'intuition si on se place du point de vue de la contre-intuition ou de l'aberrance du latéral qu'est la vie en mouvement]. Patrice a aussi insisté sur les ornières, ces faux-problèmes qu'on creuse et qui finissent par épuiser les philosophes sans qu'ils n'aient avancé d'un pouce mais paradoxalement qui comme la figure du cercle sont confortables, à l'exemple de la relation âme-corps. Il y a me semble-t-il eu un paradoxes vis-à-vis des événements actuels qui éludés n'en sont pas moins présent par le seul fait que le polymorphisme en posant la diversité des points de vue (passibles) pose par "présupposé populaire" un réalisme, la réalité du "monde extérieur", extériorité dont Patrice a souhaité effacé la distinction avec l'intériorité, idéalisme (?) (je transpose) en disant qu'il ne fallait pas poser un dedans et un dehors. Le dedans n'était-il pas l'ensemble des mots emporte-pièce que notre langage met à disposition et qui est en somme l'archaïque chez Richir, tandis que le dehors est cette activité du latéral, l'activité urbaine et, pléonasme, mondialisée (quand le "monde" est la Terre mais non l'Univers) qu'il est difficile de nier ? L'archaïque tire sa légitimité dans son antériorité : Wittgenstein opère une suppression majoritaire du dedans en disqualifiant les énoncés historiaux de la philosophie et en se méfiant des tournures du langage, reste que tous les deux nous communiquons, sauf à être sceptique quand à la transmission ou à n'insister que sur les ambiguïtés lexicales qui rendrait toute communication impossible, je vois ce dernier point sur lequel a insisté Patrice est qui est la sympathie, quelque chose comme le minimum d'accord naïf nécessaire non pour faire société mais pour vivre ensemble tout en étant vissé à l'autre, échanger et donc penser (à travers le réajustement nécessaire des affects, due à la passiblité évoquée en début de séance) sans pour autant se contaminer des idées des autres (il a insisté d'un geste sur ce rejet). Il a terminé sur Heidegger vissé, à rebours de Wittgenstein, à de l'archi-archaïque, sans jugement, mais comme si cela dénotait quelque chose, qui m'a échappé. Mes propos sont lacunaires et déjà intriqués mais ils vous donne un aperçu de la séance à travers "ma" réception. On parle de compte-rendu.

Une thématique du motif/mobile et de la légitimité me semble être apparue. En ce que les slogans sont des signifiants mobilisateurs mais l'élan effractif n'est pas motivé mais résiste à la critique, puisqu'il y a reconfiguration de la pensée. La légitimité de l'élan vis-à-vis du droit a résisté. La critique est inséparable du droit mais la déviation (clinamen), l'inclination (ce vers quoi on est enclin), l'emportent. Cette thématique est, dans l'ornière classique, la clinique des corps. Il y a à la fois ce qui mobilise du dehors (situation) et ce qui motive du dedans (conviction).

Le site du cazals - Ce site n'engage que ses auteurs et non le département de philosophie de Paris 8  -  Hébergé par Overblog