PENSEE / Le propre de l'humain est la confiance.

  • Anthony Le Cazals

Bonjour
La philosophie se porte bien, très bien, bien que souterraine, presque bohème. Non elle n'est pas partie en Bohême, mais elle subit des attaques de ceux qui se réclament être plus que des enseignants en philosophie et qui réintroduisent Lacan, Althusser, Kierkegaard, Wittgenstein et même le dernier Barthes celui qui fait l'hypothèse du "milieu de la vie", c'est-à-dire de la résignation face à la mort. Ce ne sont que des "antiphilosophes", des sophistes de la vérité. Ils faut le dire simplement, avec encore plus d'inertie qu'eux.

Geoffroy de Lagasnerie et tous les lecteurs de Blanchot surfent pourtant avec la lecture de l'Entretien infini sur une toute autre modalité, bien nouvelle, et pourtant avec une amplitude bien plus grande, celle du texte qui dit simplement la passage et non l'épreuve. Une philosophie qui ne s'initierait plus par le décès du père et ce second moment de résignation face à sa propre vie, résignation à l'interminable... Nous vivons pourtant des temps solaires où une majeure partie de la population paradoxalement souffre ou subit mais où de nouvelles choses se mettent en place.

J'attire l'attention d'Anouk Colombani à ne pas faire usage de la "réconciliation nationale", simplement user de confiance. Déjà l'Université de Paris avec les 45 000 € de prime de sa présidente (soit le doublement de son salaire) a mis en place une fac sécuritaire qui est pourtant une passoire mais où il ne fait pas bon respirer puisqu'on y a perdu le propre de l'humain qui est la confiance (humaniste Albert Jacquard). Les introducteurs de méfiance sont légion et depuis 1945 nous ne sommes pas sortis de la guerre civile telle que l'énonçait Sartre le virulent. La perversion viscérale a oublié de se faire lézard au soleil et bat à présent le haut du pavé médiatique.

Même Gide selon une lettre qui nous est étrangement parvenue récemment répond à Alain Badiou qui n'a produit qu'une "simple agitation" soumise à l'aléatoire : "Me devinrent ennemis personnels : pervertisseurs, assombrisseurs, affaiblisseurs, rétrogrades, tardigrades et plaisantins. J'en veux à tout ce qui diminue l'homme, à tout ce qui tend le rendre moins sage, moins confiant ou moins prompt. Car je n'accepte pas que la sagesse s'accompagne toujours de lenteur et de méfiance. C'est bien aussi pourquoi je crois qu'il y a plus de sagesse dans l'enfant que dans le vieillard." (André Gide, Les nourriture terrestre).

Marc 17/05/2015 19:25

Vasistas??

Marc 17/05/2015 19:24

Vasisdas??

claire Georges 17/05/2015 12:01

Bonjour pour infos
amicalement
Frédéric

Le site du cazals - Ce site n'engage que ses auteurs et non le département de philosophie de Paris 8  -  Hébergé par Overblog