PENSEE / Le spectre de Paris 8

  • Anthony Le Cazals

Oh ce n'est pas dans les années 70 ou début des années 80 sous l'ère Châtelet que je vais vous faire remonter, mais les derniers articles tendent à vous mettre en résonance avec l'effervescence d'avril-mai 2006. Comme dans toutes les fêtes, comme dans toutes les renaissance, ces mouvements ont leur bouillonnements et leurs à-cotés, suivant le côté du miroir où l'on se place. N'oubliez pas que les bûchers de vanité de Savonarole où brûlèrent les nus de Botticelli sont contemporains avec la grande peste de la première Renaissance. Quoiqu'il en soit, et selon la théorie des vases communicants des tonalités aussi reprise par Proust avec son biscuit devenu madeleine pour la circonstance (comprenez le motif littéraire), les moments ont une communication mémorielle entre eux. Il s'agit de vous faire ressentir un tant soit peu ce que peut être l'expérimentation tous azimuts que fut Paris 8 et tel qu'elle l'est non loin de là dans notre petite grotte ou ashram ou pavillon, comme le disait Nietzsche. Est-ce égoïste d'interagir un tant soit peu par ce véhicule (moyen, petit ou grand qu'est internet), c'est qu'en somme vous ne seriez affecté d'aucuns désagréments que vous ne consentiriez pas. Rien n'est imposé puisque le vécu de cette expérimentation vous est montré de manière non outrageante. Ce qui ne veut pas dire qu'une bonne insulte fleurie ne soit pas la bien venue à l'encontre de l'ancienne génération qui fleurte dans le platonisme et le petit socratisme de bon aloi, bref qui ne paye pas de mine mais vise surtout à modeler des pervers, des pervertis d'on ne sait qu'elle secte. Ici pas de maître, simplement un correspondant, pour ne pas tomber dans la logorrhée du scripteur qui se retourne en auteur (le scriptalis comme l'indique Barthes).

Le spectre, cette vibration, cette résonance a été étudier par d'autres que Derrida, je me demande si Zagdanski n'en parlait pas à propos de de Gaulle, tout en s'agaçant de ce Dindon de la foire. Il s'agit se prendre sur soi, sur sa vie plus que sa subsistance, pour renouer le contact sous la forme d'une bouteille à la mer. Il y a un peu d'impuissance dans mes propos mais après la dépense d'énergie que constitue la pensée 68 et sa topique du neutre dont le spectre est une figure, apparemment, il y a toujours, dans le cadre classique de l'expérience, un période d'accumulation morale. Ce n'est que dans les périodes de transfmoration de support des messages (apparition de l'alphabet vocalique chez les Grecs antiques et de l'imprimerie dans l'Italie que de Renaissance qui sera analysée par l'âge classique), que non pas une brèche s'ouvrent, mais que des personnes qui était indisposées à laisser une trace d'écriture ont pu le faire le plus simplement du monde. Les Lettres sont nées de la poste royale et de l'auto-galvanisation de ses membres lors des "Lumières" (qui furent une période sensualiste et donc idéaliste d'affaissement, précision nécessaire). Dès lors une nouvelle vibration qui ne relève plus de l'esprit mais bien de son spectre a pu voir le jour. Les expérimentations se sont précipitées dans le verbe, pourrait-on dire.

Une période où la joute n'a pas lieu est une période froide. A vous de répondre.

Le site du cazals - Ce site n'engage que ses auteurs et non le département de philosophie de Paris 8  -  Hébergé par Overblog