INFO PARIS 8 / « Habitons l’Université ! » - Changements à la fac !

COMPTE RENDU N°1 DE LA COMMISSION
« Habitons l’Université ! »
08/04/2016
 
 
Bonjour à tous !
Voici le compte rendu de la première réunion. Il est destiné à tous ceux qui n’ont pu être présents lors de ce premier rendez-vous mais pourra aussi servir à ceux qui étaient là (notamment pour corriger ou ajouter des points concernant les informations transmises ici).

Informations pratiques :

 
Ce vendredi 8 avril 2016, nous étions à peu près une cinquantaine, en salle C005 (1er étage / gauche).
La prochaine réunion aura lieu le vendredi 15 avril, toujours de 15h à 18h en salle C005
(tout changement sera indiqué sur le calendrier de la commission cinéma ou dans le hall du
bâtiment C). La salle A062 où enseigne Mélisande restera à notre disposition si jamais on ne
pouvait pas rester dans le bâtiment C.
Plus d’une trentaine de personnes m’ont donné leur mail à l’issue de cette réunion. Après
avoir rajouté les gens qui n’ont pas pu venir (mais qui le souhaitait) j’en suis à 48 personnes
(sachant que je n’ai pas les mails de tous ceux qui souhaitaient venir et que certains se sont
proposés de transférer le message pour la semaine prochaine).
Donc vous pouvez transmettre ce compte rendu à qui vous voulez et spécifier aux personnes
de m’écrire un mail si elles veulent l’enregistrement sonore.
Il me semble aussi important de noter que pour cette première réunion, nous n’étions
quasiment que des élèves et professeurs du cursus ARTS (seulement un étudiant de sociologie
et une étudiante de science de l’éducation).
Il va donc falloir fournir un certain effort (diffusion de mails, rencontres, annonce lors
de l’Assemblée Générale de mercredi, affiches à coller) pour que les autres UFR
viennent participer à cette commission.

Le détail de la réunion :

Nous avons questionné l’utilité du projet Maison de la Recherche. Eric Lecerf a rappelé
qu’une distinction était faite entre les Universités dites de « Recherche » et celles qui ne
l’étaient pas (et que ce projet pourrait valoriser sur le statu des étudiants/chercheurs de p8).
Concurrence jusqu’à maintenant difficile à maintenir avec le centre de recherche de
Condorcet, l’EHESS, où certains enseignants chercheurs préfèrent migrer pour une meilleure
reconnaissance.
Les détails de ce pôle recherche, restent encore obscurs pour beaucoup d’entre nous : élèves
comme professeurs. Nous avons évoqué la nécessité de tenir informé les étudiants et de
leur expliquer en quoi ils sont concernés par de telles perspectives. Ces projets de travaux
restent encore inconnu pour grande majorité des élèves et pour les autres, semblent encore
déconnectés de leurs intérêts et besoins pratiques.

Premiers éléments sur la situation :

- Un nouveau bâtiment (« Carré Recherche ») est censé être construit dans la cour
du bâtiment A (baraque à frites), et occupera donc la quasi totalité de cet espace
(perte de lumière et coupure avec la rue, très probablement).
- Le deuxième et troisième étage du bâtiment A seront réhabilités pour la
Recherche. Les gens qui étaient dans ces étages (anciens locaux de la
recherche/service formation permanente/..... ?) seront « peut être » être déplacés dans
le « Carré Recherche » (cours du bâtiment A). On ne sait pas trop qui va venir
s’installer à leur place...
- Une restructuration administrative de ces services (management et gestion) est
opérée. En réalité, ces nouvelles répartitions « géographiques » des bureaux
correspondent à une restructuration sur le plan administratif.
- Le rez-de-chaussée, ainsi que le premier et quatrième étage (info-communication,
et .... ?) du bâtiment A devraient demeurer inchangés.
- Des travaux vont avoir lieu à la bibliothèque (projet piloté par l’équipe de la BU) :
réduction des espaces (salle des périodiques réduite de moitié, périodiques qui vont
passer au sous-sol, salle verte réduite) / construction d’une salle de travail pour les
doctorants.
! Projet qui correspond à une insatisfaction des usagers de la BU (manque de place
pour parler dans la bibliothèque : donc, nécessité de créer des salles de travail)
- Toujours à la BU: disparition potentielle de la banque centrale... Possible création
d’espaces de travail ouverts...
- Par rapport aux travaux de l’année prochaine, il a été rappelé qu’aucun cahier
des charges n’avait été établi. C.a.d qu’à aucun moment l’Université (ni les
dirigeants de l’UFR, ni les professeurs, ni les élèves), n’ont pu exprimer leurs
besoins.
Les personnes à l’initiative de ces travaux n’ont pas cherché à s’informer du
matériel actuellement présent dans nos salles (équipement en arts plastiques,
rétroprojecteurs en cinéma, instruments de musique, par exemple) et ne se sont pas
posé la question de savoir comment ils le déplaceraient (ni si les locaux de
d’emménagement temporaire seraient adaptés à ce transfère). Le « Conseil
Recherche » ne semble en rien tenir compte de la vie du département d’Arts (et
les projets artistiques qui y sont menés). Ce projet se présente donc plutôt en terme
d’opposition et qu’en terme d’alliance, alors qu’il pourrait apparemment représenter
un réel intérêt.
Guy Berger a rappelé l’importance de poser la Recherche comme projet collectif et non
comme projet individuel. Il a parlé de l’importance des structures qui accompagnent les
projets collectifs entre étudiants.
Inquiétudes concernant le manque d’espace existant et à venir :
Étant donné que le bâtiment A manque déjà de salles de cours et d’espace pour les bureaux
des professeurs, si les travaux avaient lieu tels qu’ils ont été imaginés (carré recherche +
investissement 2ème et 3ème étage), Cécile Sorin m’a assuré (mercredi dernier) qu’il ne
resterait plus aucun espace pour penser notre projet de salles de vie et de partage. Selon
elle, ce serait déjà miraculeux si nous parvenions à obtenir une salle de travail commune à
tous les départements d’arts.
=> Éric Lecerf a rappelé que la A028 était la SEULE SALLE de cours du département
philo.............
 

* RÉ-APROPRIHATION DES ESPACES (début d’idées) :

- Importance d’avoir des espaces de travail autogérés par les étudiants, pour
chaque département (notamment en vue d’opérer des échanges entre ces différents
salles/départements).
- Importance de multiplier les petits espaces de vie (non-marchand/autogérés), des
sortes de petits foyers, où nous pourrions nous retrouver, faire chauffer notre repas,
etc.
- Importance d’aménager des espaces plus vastes, de constituer de véritables pôles
attractifs et lieux de vie qui favoriseraient les échanges et flux entre différents UFR.
=> On a évoqué la scission qui existe entre le bâtiment A et le reste de
l’Université.
Au sujet de ces espaces de rencontre, Thibault a rappelé qu’il y a encore quelques
années, l’entrée à la fac se faisait par le « hall d’exposition » : lieu assez vaste, où l’on
pouvait se donner rdv, s’assoir pour attendre quelqu’un et discuter. Aujourd’hui ce
hall d’exposition (espace galerie), que nous ne visitons jamais pour la plupart, ne
semble pas correspondre au besoin de cohésion et de communication que nous
ressentons.
De manière plus générale, nous avons parlé de ce que devait être pour nous l’Université :
une seconde maison et un lieu qui nous offre des opportunités (de travail, d’échange,
d’expressivité) que nous n’avons pas ailleurs (ni dans les cafés où il faut payer des
consommation, ni dans nos petits appartements). La fac devrait ce terrain neutre et
accueillant que nous pouvons investir en dehors de nos cours, pour élaborer divers
projets.
* SUITE À NOTRE DÉBUT DE DÉAMBULATION
1 : Penser le réagencement et réaménagement de l’entrée de l’Université (espace
où on est tous obligé de passer)
2 : Penser une amélioration de l’ « espace vert », près du bâtiment D et de la
cafétéria. Idée d’ajouter des tables à l’extérieur, pour l’on puisse y manger, y
travailler.
Toujours dans ce secteur, nous avons repéré l’existence d’une salle de réception
(morne et glaciale), qui n’est apparemment presque jamais occupée.
Un tel lieu nous a semblé intéressant à investir pour créer un pôle
interdépartemental, qui fédèrerait les différentes initiatives des habitants de
l’Université. Cet espace (avec baie vitrée) donne directement sur l’ « espace vert » : si
il était réellement investi, il serait donc parfaitement adapté pour devenir un véritable
foyer de vie et d’énergie....
3 : Bâtiment C (hall et salles). Le hall pourrait devenir un lieu de rencontre
permanent entre les différents UFR. À noter également : la grande capacité
d’accueil des salles de cours (insolite à P8, du moins pour ceux qui côtoient le
bâtiment C). Pour les réunions de la Commission « réhabitons l’Université », c’est
d’ailleurs l’endroit idéal : il y a sûrement d’autres choses à penser pour ces salles.
 

* PROBLÈMES LIÉS À LA MISE EN APPLICATION

- Dans la bâtiment A, encore une fois, rien ne sera possible si la Recherche décide
d’occuper tout l’espace.
- Existence de règles occlusives : par exemple, l’interdiction de faire cours à
l’extérieur des salles.
- Le système institutionnel de l’Université est opaque et fracturé : on ne sait pas où
se trouve les différentes instances, ni où les choses se discutent, ni qui les discutent et
avec qui. Les habitants de l’Université ne sont que très minoritairement consultés
dans les prises de décisions.
- Les problèmes que nous rencontrons au niveau de la répartition architecturale, ne sont
que le triste reflet d’un séparatisme bien plus profond.
Guy Berger a évoqué le problème de la séparation des différents UFR. Il nous a invité à
réaliser notre projet de créer plus d’échange restera un projet ARTIFICIEL si
l’idéologie de fond n’est pas questionnée : la séparation des bâtiments, c’est d’abord la
séparation des cursus, des diplômes.
Il nous faut être capables de répondre à des questions telles que : « Pourquoi aurions intérêt à
nous rencontrer ? »
Il est en effet saisissant de voir qu’un parcours jugé « réussi » est un cursus complétement
balisé et refermé sur lui même. Étudiants, nous devons prendre garde de bien rester dans notre
département, et à chaque instant, rendre des comptes sur la « cohérence » de notre parcours.
Ainsi, ces séparations s’établissent pour mieux nous façonner, nous modeler : séparation entre
niveaux (L1, L2, L3, Master 1, 2), entre départements, entre UFR. On ne nous fait jamais
confiance. Dans ces conditions d’études, nous ne sommes pas plus chercheurs, que
véritables Sujet de notre formation : l’ « autonomie » universitaire est un leurre.
Du fait de ces séparations, nous ne nous rencontrons jamais entre départements et UFR,
et les partenariats et projet collaboratifs sont donc peu nombreux.
=> À titre d’exemple, Léandre a rappelé que dans le cursus théâtre, les élèves devaient
prendre 20% de leur cours en dehors de leur département. Mais CEPENDANT, il s’agit de
cours « mutualisés », spécialement crées pour les étudiants des autres départements. Donc en
fin de compte, LES ÉLÈVES DE THÉÂTRE RESTENT TOUJOURS ENTRE EUX (on a
créé des cours de découverte spécialement pour eux, et ils sont les seuls à y participer).

 

* PERSPECTIVES

- Nécessité de rassembler les plus possible de monde autour de cette commission
de mobilisation : personnel administratif, technique, secrétaires, professeurs,
élèves. C’est le seul moyen que nous avons pour espérer comprendre le
fonctionnement de notre Université.
- S’il nous semble difficile de rêver (car nous ne savons pas vraiment de quoi nous
disposons, ni à quoi nous attendre), nous pouvons amasser assez vite un certain
nombre d’informations, et commencer dès maintenant à imaginer. Tout cela nous
permettra de mieux nous positionner si nous parvenons à renouer un dialogue avec
les instances supérieures de la hiérarchie.
Pour nous aider à mieux « imaginer », nous espérons vivement rencontrer l’ami
architecte de Jennifer Véraes, vendredi prochain.
- IL FAUT RENDRE AUX INSTANCES BUREAUCRATIQUES LE POUVOIR
QU’ELLES ONT DE NOUS ACCOMPAGNER DANS NOS PROJETS. (énoncé peu maoïste ou autonome)
Localement, tâcher de rencontrer l’administration, et faire en sorte que ces instances
soutiennent l’intérêt général.
 

* Personnes à contacter :

Référent sur le projet « Recherche » de l’année prochaine et les travaux dans le bâtiment A) Alain Sinou
Pour ceux qui souhaitent rejoindre ces Google Groupes (assez pratiques pour avoir un
maximum d’information concernant les évènements organisés en ce moment), il vous suffit
de faire la demande par Internet !
https://groups.google.com/forum/#!forum/commissioncinemaparis8
https://groups.google.com/forum/#!forum/occupation-paris-8
Le site du cazals - Ce site n'engage que ses auteurs et non le département de philosophie de Paris 8  -  Hébergé par Overblog