LE TEMPS DU REVEIL 1 / Francis Cousin

  • Anthony Le Cazals

 

Différente choses s'ajoutent au côté pervers. Pardon de mettre dans une case, mais à force d'petre dans la dénégation de ce qu'il est, il s'y place lui-même d'un point de vue matérialiste ce cher Francis Cousin. Francis Cousin se fait typiquement passer pour un partant alors que c'est un parvenu rejeté de l'université d'où sa haine généralisé du crétinimse universitaire, car il y a toujours plusieurs niveaux chez les universitaire, notamment les bienveillants qui écoutent, qui recherchent inlassablement mais qui ne professent pas à proprement parler de leçon, lesquelles reconnaissent un certain ennui de processus longs que l'on juge trop vite, il suffit de tendre l'orielle, ce que ne sait pas faire Francis Cousin qui rabat tout sur l'être pour encore plus avoir. Avoir de choses, avoir les autres. Pourquoi dire que Cousin est un parvenu, c'est qu'il s'est créé un modèle idéal de communauté archaïque, une nostalgie (lui qui dénoncent a priori toutes les formes de fétichismes rétrogrades n'en est pas exempt). Il fait de Marx un déterminsite qui a reponse à tout alors que c'est plus subtil comme le montre sa correspondance : il avait une pensée non-déterministe puisque appliquée aux transformations de ce qu'il appelait le Capital qui dans son accumulation renco trait des obstacles : le Capital n'est jusque là que la limite qui fixe les valeurs qui sont d'échange, d'usage et morales chez Marx, son analyse s'accompagnant toujours d'un jugement moral sans réserve.

Les conséquences de sa pensée sont les mêmes que ceux qui veulent réduire la population humaine à un 200 millions ou deux millliards, il n'assume même pas l'un des traits fondamental de sa pensée qui est la suppression des villes. Encore une marque de son essentialisme nauséabond et heideggérien. Il n'est pas pour la suppression de la limite entre villes et campagne comme Lefebvre le maître de Debord, non il est sans équivoque, pour la suppression des villes (et donc de leur population, sauf à la déportée sur la lune). La déporter et oui Cousin est bien un partisan de la déportation des populations des villes vers ce qui "tait autrefois" les campagnes et si cela ne marchait pas pour leur suppression tout simplement, nous parlons des populations. Virilio le chrétien avait évoqué cet abîme de notre poque, et Cousin nous le sert à mots couvert, sans assumer les conséquences de ses propos de parvenu, sa pensée de petit bourgeois. Car les villes sont les représentantes bourgeoises de ce "monde de merde". Ainsi parle l'ancien libraire, homme du ressentiment.

D'autre part il s'appuie typiquement sur la bêtise des gens, là où l'intelligence collective sera dépendante de continuateurs et non de disciples qui doivent appliquer ce pis-aller qu'est le modèle infécond et simplificateur du maître. Tout son jargon de sophiste tant à masquer cela, beaucoup de paroles pour peu d'actes ou d'inventions. Tous les personnes qui prônent un "être" comme la tradition philosophique l'a toujours fait loin d'un quelconque oubli de circonstance en ont toujours profiter pour vous glisser quelques "quenelles", quelques escroqueries ou marques d'irrespect. Car l'être est le nom, le substantif qui sert de prétexte ) toutes les projections théoriques foireuses et tous les jugements.
 

Volontairement on ne met pas la vidéo sur " Francis cousin, les perversions narcissiques ". Des gens sont capables de nous dire ô vous nous avez fait découvrir un grand penseur, une personne intéressante.

Le problème est que la pensée juive comme la pensée de Marx et non déterministe en sa loi orale et que donc celle-ci comme la pensée de Marx face au processus ("auto-mouvement", hihi) immanent du Capital face à ses contradictions. Mais ce dieu vide existe-t-il quand les capitalistes eux-mêmes veulent nous faire basculer dans la société du divertissement général pour ne plus être eux-mêmes esclave du patronat. Malheureusement M. Cousin manque la loi orale pour ne retenir que la loi écrite et donc il manque la Shekhina. C'est typique des réactionnaires (parmi eux les personnes revenues à la religion à la spiritualité, à l'exemple de quelques juifs, d'Onfray, des djihadistes qui en deviennent littéraux car perdus).

Les pervers narcissiques n'ont rien à voir avec le fétichisme de la marchandise, ils sont dans l'aspiration énergétique de leur disciples car is souffre de la guigne parfois, de la névrose d'angoisse qui le pendant de la transcendance qui n'advient pas (pour en revenir à notre première parenthèse)...

"L'amour de l'être" et "l'être de l'amour" = enfumage, enfumage, gros enfumage. La preuve le "oui" annoné de l'interlocuteur. Pour parler comme Cousin, je lui pisse à la raie, l'Être ! Mais il y en a de quoi en avoir marre de cette jouissance christique et chrétienne cousinesque. Cousin = communautariste archaïque = un des produits du "crétinisme universitaire" ! Mais il ne faut pas taper sur les gens qui ont raté leur régrédience. Peut-être est-il tombé sur un pervers narcissique comme maître ??? en tout cas il en a tous les traits en prônant le côté asocial de l'amour.

PS : les gourous pervers narcissiques désigne toujours les garde-fous séparateurs de la relation perverse sadique comme des impostures (25'50"). Bref Cousin est bien un fasciste qui défend le Capital, il st le degré absolu de la perversion narcissique.

Le site du cazals - Ce site n'engage que ses auteurs et non le département de philosophie de Paris 8  -  Hébergé par Overblog