SITUATION DE LA VIE / Le raisonnement déterministe protège du regard scrupuleux

Suite à la série La perte du genre

 

Exemple de raisonnement absurde, si lon sait qu'en Islande comme dans les pays arabes sunnites avant les récentes révolutions les familles sont patrilinéaires et endogames (mariages entre cousins où prédominent l'alliance entre frères sur lautorité du pères, affaire de conserver l'avantage et d'assurer la transmission, il y a nécessiter d'avoir plus de trois enfants en dessous de trois enfants il y a une difficulté à avoir des mâles, donc extinction de la lignée patrilinéaire).

 

"Les mariages entre cousins éloignés donnent plus d'enfants

En Islande, les mariages entre cousins du troisième et quatrième degré ont tendance à donner plus d'enfants et de petits-enfants que les autres et cela semble avoir une origine biologique, rapportent des chercheurs.

Des études antérieures avaient suggéré que les couples de personnes apparentées avaient tendance à avoir plus d'enfants mais elles n'avaient pas pu exclure la possibilité d'effets socio-économiques, tels que l'avantage de conserver des terres ou des ressources au sein d'une même famille. Agnar Helgason de deCODE Genetics à Reykjavik en Islande, et ses collègues ont analysé les informations sur la démographie de l'Islande, l'une des sociétés les plus homogènes du point de vue socio-économique et culturel au monde . Ils ont cartographié les degrés de parenté entre l'homme et la femme de tous les couples de personnes nées entre 1800 et 1965, puis comparé leur nombre d'enfants et de petits-enfants.

Leurs résultats montrent que des couples de personnes apparentées au troisième ou quatrième degré de cousinage ont le plus de succès pour produire une descendance, ce qui pourrait refléter un équilibre entre les inconvénients de l'endogamie et les avantages de garder un certain niveau de compatibilité génétique."

 

Une personne interprétant ces résultats pourra alors dire avec ses propres certitudes que la consanguinité est équilibrée par une fécondite élevée :

 

"Intéressante étude qui vient d’être faite par une équipe islandaise menée par Agnar Helgason. Une comparaison de tous les couples islandais entre 1800 et 1965 révèle que le taux de fécondité des couples cousins au 3e ou 4e degré est plus élevé que celui des couples « normaux ». C’est une étude purement statistique, sans explication scientifique pour le moment. Mais en y réfléchissant bien, cela parait très logique. Il y a en effet nécessité de contrebalancer les risques de problèmes génétiques pour la descendance, dus à la proximité génétique des parents. Un mécanisme naturel, capable de détecter cette proximité génétique, pourrait bien en être la cause. En effet, en milieu naturel, un couple d’animaux formé de cousins signifie un manque dangereux de population, d’où la nécessité d’un taux de fécondité plus élevé.

On pourrait bien sûr envisager un fondement purement socio-culturel, mais le panel de cette étude, très large dans le temps et dans le nombre, semble exclure cette possibilité."

 

Les processus d'acculturation fonctionne sur ce biais. Certes le brouillage produit une forme d'enlisement et de naïveté du discours mais il évite aussi la jalousie vis-à-vis d'une culture de plus haute définition qui passe inaperçue dans sa singularité et n'est donc pas détruite irrémédiablement par vengeance, par goût de connaissance puisque l'on pense avoir tout compris et que l'on passe alors à autre chose. Etre repéré en tant que plus fort c'est aussi risqué un anéntissment par la masse des médiocres, ce qui arriva bien souvent aux Juifs avant que fatigués de leur sort ils ne redeviennent des Hébreux.

Le site du cazals - Ce site n'engage que ses auteurs et non le département de philosophie de Paris 8  -  Hébergé par Overblog