CONJECTURES / Penser avec les lèvres et le nez

Un penseur s'oriente toujours avec son nez et ses lèvres car ceux-ci lui révèlent les facettes de son cerveau, de son "pratico-inerte", de son "inconscient", de ce qu'il a mis en mémoire mais que son hippocampe lui masque. Il y a là une sorte d'alchimie, en ce que transformant son orientation au Dehors, la matière pour les alchimistes, on transforme la cartographie et les intensités du cerveau, la conscience pour les alchimistes (video). Mais rappelons-le il n'y a pas de Matière, l'inerte n'a pas d'importance contrairement à ce qui végète ou ce qui s'active, la Matière n'est qu'une vue de l'"Esprit". Quant à la "conscience", l'homme figé sur elle lui attribue trop d'importance, elle n'est qu'un outil de communication. Elle naît de la nécessité d'avertir d'un danger, elle est donc plus grégaire que singulière. C'est pour cela que Rimbaud pouvait se prévaloir du "je est un autre", tout au plus d'un langage qui nous réfléchit plus qu'on ne pense à travers lui.

Le site du cazals - Ce site n'engage que ses auteurs et non le département de philosophie de Paris 8  -  Hébergé par Overblog