LETTRE A JEAN CHRISTOPHE GROSSO / Il se passe des choses à Paris, sur la Seconde Renaissance

> Expo actuellement aux Arts-et-métiers sur la machine d'Anticythère, premier calculateur astronomique qui servait semble-t-il à la navigation chez les Grecs antiques (précurseur si l'on veut de nos ordinateurs) http://www.arts-et-metiers.net/musee.php?P=214&id=354

> Le temple de l'Humanité, j'ai découvert que ceal existait le plus marrant et que j'ai découvert que Comte (fondateur de la religion de l'humanité dont on trouve la devise sur le drapeau du Brésil ordem e progresso) était le créateur du terme altruisme (1854) [...]. Sur la relation de Comte avec le Brésil : http://membres.multimania.fr/clotilde/acetbres.htm.

> Enfin non plus le Marais mais à Vincennes, puisque c'est là qu'habite Michel Serres. Je te recommande très fortement d'offrir un livre à ton fils, qui je suis sûr il lira avec enthousiasme et sera très fier de t'en faire le résumé. Ça parle de nouvelles technologies. C'est petite poucette de Michel Serres. Voici une vidéo très intéressante qui le présente bien. http://www.youtube.com/watch?v=OsKEs1USzdg ou la même ici http://www.dailymotion.com/video/xsx3y9_michel-serres-felletin-journee-du-livre-aout-2012-petite-poucette_school
Ton fils qui a toujours le nez dans les NTIC est donc un Petit Poucet.
« Toutes nos institutions actuelles sont comme des étoiles : nous en recevons la lumière, mais par les calculs de l'astrophysique nous savons qu'elles sont déjà mortes. Il faut changer de paradigme. Nous vivons une période comparable à la paideia, lorsque les Grecs apprirent à écrire et démontrer, ou à la Renaissance. Nous sommmes condamnés à inventer d'inimaginables nouveautés. » A la renaissance, il y a co-naissance de l'imprimerie et des humanités comme connaissance. C'est une synthèse dont l'âge classique (lâge qui répartit tout en classes) fera la lente analyse des représentations. C'est l'apparition un peu plus tard à l'âge classique de la subjectivité et de l'idéologie (qui est  à la base la science d'analyse des représentations), la subjectivité n'est qu'une réaction à la Renaissance en fait. A présent, pour Serres comme tu pourras l'entendre dans la vidéo les NT et internet ne sont qu'un des paramètres de ce nouveau paradigme. En fait ma thèse porte sur ce nouveau paradigme et ses répercutions dans différents domaines (mais cela remonte à la fin XIXe et début du XXe siècle quand Nietzsche puis Planck et Einstein invente le monde sans bord, le fini-illimité ou l'éternel retour de la grande raison). C'est la Grande raison quantique (complexité) qui succède à la petite raison classique (principe de connaissance qu'est la raison suffisante ou subjectivité). La première procède de la convergence (particularité que Stiegler associe à internet comme convergence des moyen de communication et de savoirs) tandis que la seconde procède par cohérence (d'un système symbolique de représentation). La convergence est celle des métabolismes les plus actifs, ceux qui vont le plus vite, ce sont eux dans le peu de laps de temps qu'il nous est laissé qui « impriment » les nouvelles valeurs comme nous y invite Michel Serres pour ce nouveau paradigme. Quant à la subjectivité que tu aimes tant à fustiger, on pensera à Descartes qui rêve de l'arbre de la connaissance donc qui pense en dormant ce qui n'est pas très rationel, en fait. La complexité ou multi-échelle est un autre paramètre du nouveau paradigme donc, ce qu'il est très difficile de faire admettre aux gens de l'ancien monde qui prônent la subjectivité, mais plus facile avec ceux qui prône la subjectivité décentrée, comme une attente et une écoute. Tu es la première personne appartenant au nouveau paradigme que je rencontrais. Il y a eu la naissance de notre culture et non de notre civilisation avec Grec antiques, il y a eu la connaissance avec la Renaissance puis l'âge classique, enfin il y a à notre ère quantique une seconde Renaissance.

Faire des ponts, c'est faire des recoupements de territoire.

Voilà Jean-Christophe.

Le site du cazals - Ce site n'engage que ses auteurs et non le département de philosophie de Paris 8  -  Hébergé par Overblog