POLEMIQUE SUR LA METAPHYSIQUE / Belhaj Kacem après Badiou

Peut-être avez-vous entendu parlé de la polémique Fabien Tarby/Mehdi Belhaj Kacem sur Alain Badiou.

 

La réponse de Fabien Tarby, badiousiste à Mehdi Belaj Kacem publiée dans le Nouvel Obs

La réponse de Mehdi Belhaj Kacem à la réponse de Fabien Tarby publiée sur le blog de Jean-Clet Martin

 

Ce qui est clinquant ou qui fait du bruit est sans importance et les polémiques révèlent davantage les accointances de domaine. Cédant aux sirènes de la polémique, on pourrra être surpris d'autant de mots pour dire si peu de choses et voir les pensées s'échapper.... Voci deux commentaires, pour peut-ere bousculer les choses, sortir de la décadence...

 

Sur le blog de Fabien Tarby

 

3 choses parmi des milliers

1°) N'importe qui sait que celui qui structure devient l'ennemi (il en va ainsi de Kant pour Deleuze et Badiou, de Sartre et Lévi-Strauss pour Bourdieu). Tout métaphysicien doit en passer par Kant.

2°) Etrangement Depuis que Badiou est dans l'imposture de se faire passer pour un platonicien quand il est un post-kantien, il me fait devenir chrétien, j'éprouve de la compassion pour celui que je fauche et qui fut mon tout autre structurant (comme le lui avait enseigné Althusser en son temps). Mais un philosophe ne peut pas naître de deux sophistes même si ceux-ci sot nécessaires (je parle d'Althusser le giscardien et de Lacan, l'homme qui vous fait prnedre des vessies qui éclatent - objet petit a, mathème, noeud borroméen - pour des lanternes). As-t-on déjà vu un platonicien pratiquer les idées immanentes, c'est-à-dire nier leur régression à l'infini et donc nier le Bien ? Le platonicien de l'époque demeure le leibnizien Cheminade, il maintient la transcendance des idées. Même l'ex-marxiste Sollers sera bientôt à force de souffrir de tout son corps plus platonicien que Badiou.

3°) tu t'arrêtes aux choses bruyantes quand la pensée se fabrique sur des choses plus ténues, l'impensé. C'est même ce qui fait l'avance d'Emmanuel Todd sur nombre de métaphysiciens. S'il est un type qui ne se veut pas philosophe, c'est bien lui (Comprenez aussi s'il est un type qu'il ne se veut pas c'est bien le philosophe). Mais il manipule La Vérité comme si celle-ci était statistiquement simple. Mais encore une fois la vérité n'est pas l'importance, n'a pas d'importance. En conclusion tu en restes toujours à l'image traditionnelle et décadente de la philosophie. Aucune perspective, insupportation de revivre sans cesse la même vie... La vie n'est que transformation et/ou génération. Todd est dit là.

Les actes de pensée sont ceux qui génèrent des types différents (et non pas excédents comme le voudraient la composante libanaise de la philosophie).

 

Sur le blog de Jean-Clet Martin

Mettre 10 ans pour comprendre et pour dire c'est un peu long. Même vous cher Jean-Clet vous fûtes un temps Badiousiste, car vous aviez besoin d'abstraction (voir votre post à cet égard sur Hegel et l'abstraction, toute la phénoménologie de l'esprit est abstraite  avec sa répartition à quatre temps... comme des cases de Sudoku à remplir). Vous le bûcheron peut-être un jour passerez-vous à l'action, à l'invention au-delà de l'errance dans les multivers... Il est facile de jouer de la fantaisie, grain de folie qu'aimait Deleuze et autre . Mais si un jour le francophones franchissent le cap Grec (celui de la démocratie qui ne dure qu'un temps mais amène de nouvelles valeurs) il faudra qu'il s'arment contre la pseudo-démocratie (la captation du pouvoir du peuple par ses représentants, les ignares étant tant en haut qu'en bas, souvent grâce aux métaphysiciens qui pointent les faux-problèmes, histoire d'être affectif ou contemporain comme Mehdi : http://anaximandrake.blogspirit.com/archive/2011/04/13/erga-omnes.html). Oser un simple changement de dispositif bien au-deçà du Contrat social de Rousseau, se faire Lacoue-Labarthien comme Mehdi et Badiou, c'est-à-dire aristocrate qui défend la démocratie. Bien d'autres en ont parler Vico, Castoriadis, Todd avec sa démographie du niveau d'éducation. On peut être conter l'égalité en tant qu'idéal, en tant qu'idées parmi d'autres idées et vouloir le tirage au sort, simplement parce que cela avantage les aristocrates, sans la démocratie pas d'Héraclite, de Périclès, d'Anaxagore, d'Empédocle et qu'importe la chute que l'on retient si souvent (à savoir Platon et son imposture et Aristote le pleureur de l'hellénisme sur son lit de mort).

Ce n'est pas le pamphlet de Medhi qui fera tomber Badiou. Son passage à la politique médiatique est avant tout narcissique, tant Bensaïd et d'autres lui ont remarquer le ridicule de la petite. Mais simplement de dire qu'il n'y a pas de Bien chez Badiou car autrement il n'y a pas le trajet selon les idées immanentes (idée de l'idée et donc régression à l'infini). Très peu de gens savent que Badiou a théorisé sa propre fin, sa propre imposture. D'où la confusion et l'illusion que l'espaces des vérités s'étend telle une conurbation alors qu'il confond vérité et idées (rêves en noeud de papillon).

On confond bien trop souvent l'importance (par exemple celle de créer de nouveaux types, d'en synthétiser plusieurs en une nature (ce qu'est la Grande Synthèse) avec la vérité qui n'est que la posture double de celui qui chute. Nous nous rendons tristes parce que nous ne savons ce qui a de l'importance disait celui dont Badiou se réclame à tort, celui qu'il est obligé de traduire pour le trahir mais dont il n'a jamais dépassé l'horizon décadent. Badiou n'a jamais dépassé le post-kantisme et n'a jamais mis en présence de la mort de Dieu, à peine s'il en a enlevé un tiers dans les tiers qu'il fixe lui-même ("Vive l'Un-Dieu liberté", encore une idée). On sortira du cadre anthropologique dés lors qu'on sortira de la réflexion, la "marah" judéo-chrétienne, le "choix dans le Deux"). Si cela est abstrait c'est que je n'ai pas le temps de le développer ici...

Dernière chose, celui qui structure est toujours l'ennemi. Affaire de pharmakon dirait Stiegler, mais lui comme Mehdi ne sont pas sorti de l'hypbole de la Vérité. Volonté de vérité où la volonté s'affirme puis se nie et non volonté tournée vers la puissance, la capacité, l'autonomie de celui qui se fixe ses propres règles (à ne pas confondre avec la dynamis qui elle part d'une impulsion idéaliste alors que l'idéaliste a tout du prématuré anthropologique qui braille pour les aveugles). Qu'importe puisqu'un jour la philosophie après avoir été Allemande et Francophone (Judéo-Occitane), sera hispanophone à cause de la "gana" et du "gusto" (marques de virtù). La philosophie advient otujours avec la décadence des familles souches (Grecs antiques, Allemands XVIIIe-XIXe et Français XXe-XXIe). Ce que ratent beaucoup c'est que la pensée est sortie de la capture philosophique pour se retrouver au-dehors de la métaphysique dans ce qu'on nomme les métiers (nommés par l'Etat professions libérales). Mais ces sont bien les avocats et leur avoués, les restaurateur avec leur brigade, les médecins et leurs infirmières, les architectes et leur agences qui pensent. Les métaphysiciens eux marchent sur la tête mais comme tout le monde les voit bouger des pieds dans cette sarabandes, on finit par les suivre puis comme le joueur de flûte qui se fait homme aux rats on s'en écarte.

Dix ans il aura fallu dix ans à ce philosophe-femme qu'est Mehdi. La diplomatie m'oblige à me taire. retenons "La vie m’a toujours été un pénible effort pour tenir debout ; je place, de fait, mon seul orgueil dans le travail et m’en tire comme je peux." Et point de compassion devant l'éternel retour de la douleur, hihihi. Elle n'est que le symptôme d'une extension de la vie.

 

 


 

J'apporterai deux nuances

L'une est que Mehdi Belhaj Kacem n'est pas étranger à l'un des pus grand livres en Français de ce début de siècle, le Cri du Sablier de Nathalie Dalain, aux accent étonnament racinien.Son côté féminin avait enfanter quelque sans vouloir pour atant réduire Chloé Delaume (alias Nathalie Dalain) à être l'ex-femme de MBK. Elle n'est pas une moderne, mais bien une classique comme Guillotat. On pourra laisser de côté Houellebecq-Nabe-Zagdanski-Sollers.

 

Enfin, pour en revenir à la politique communale du tirage au sort, les tenants de la politique représentative seront bien obliger de se révéler contre les valeurs républicaines d'égalité et de fraternité (qui ne sont diamétralement pas les nôtres en ce qu'elle vides puisques ce sont des idées que l'on fait tourner), alors qu'il se voudraient les défendre tout au moins l'égalité des chances. La vie est bien plus terrible, cruelle ou tragiques que ces palliatifs par lesquels on souhaite la trucher.

Le site du cazals - Ce site n'engage que ses auteurs et non le département de philosophie de Paris 8  -  Hébergé par Overblog