EDITO de janvier 2011 / La table et la gourmandise

  • Anthony Le Cazals
  • EDITOS

 

220 Paris-philo

 

Bonne Année !!!

 

Goinfre, glouton, gourmand ou friand, gourmet, coteau, ces différents termes témoignent de la richesse et de l'ambiguïté de la notion de gourmandise à l'époque moderne. Elle n'est pas indépendante du goût, de ce que Kafka nommait sa diététique difficile, de ce goût dont Nietzsche faut avant tout un instinct de défense. J'y vius jusque là de l'attrait, de l'instinct qui vous porte telle une intuition. Le terme latin de Gula, qui veut dire gosier, donnera les termes autrefois antagoniste de gourmand et gourmet... d'une part le pêché de gourmandise et d'autre part le raffinement.

 

Aussi en cette "année nouvelle" je vous invite à lire la physiologie du goût de Brillat Savarin

 

La destinée des nations [des peuplades] dépend de la maniière dont elle se nourissent..."


 

Le site du cazals - Ce site n'engage que ses auteurs et non le département de philosophie de Paris 8  -  Hébergé par Overblog