Collectif Racine

Collectif Racine

Valérie Laupies, directrice d’école et candidate FN à la Mairie de Tarascon, Alain Avello, professeur de philosophie, Gilles Lebreton, professeur de droit public à l’université du Havre, et Yannick Jaffré, professeur de philosophie à Lyon, annoncent [le 12 octobre 2013]  la création officielle du Collectif Racine , un groupement «d’enseignants patriotes» qui veulent faire des propositions sur le thème de l’éducation nationale. Leur programme? Marine Le Pen, venue assister à ce lancement, le résume en parlant de «redresser la France par l’école républicaine», en renouant avec «l’instruction», l’autorité du «maître» et «l’élitisme républicain». «Il faut tourner le dos aux idéologies pédagogiques mortifères qui ont conduit à cinquante ans de désastre», martèle la présidente du FN. Selon elle, «tous les ministres ont cautionné des lubies dévastatrices», et, en premier lieu, Vincent Peillon avec sa «réforme stupide des rythmes scolaires».  [...] Au sein du milieu éducatif, traditionnellement marqué à gauche, le lancement du Collectif Racine, qui compterait déjà 300 adhérents, fait presque figure de provocation. Mais en insistant sur les valeurs «républicaines», il fait bouger les lignes. Des souverainistes de gauche ont franchi le Rubicon, à l’instar des ex-chevènementistes Valérie Laupies, Alain Avello, Yannick Jaffré et Gilles Lebreton. «J’ai voté Chevènement en 2002 et j’ai finalement été convaincu par le discours républicain de ­Marine Le Pen. Les barrières s’estompent», explique ce dernier, qui ne cache pas sa proximité avec certains syndicats de l’enseignement supérieur, hostiles aux réformes de ces dernières années sur l’autonomie des universités. «J’ai manifesté avec les syndicats contre la loi Pécresse», se souvient ce professeur.

Source : Le Figaro Magazine

Un homme, une femme, David Masson-Weyl, président du collectif Marianne, Marine Le Pen, Avello, Président du collectif Racine et un homme.

Un homme, une femme, David Masson-Weyl, président du collectif Marianne, Marine Le Pen, Avello, Président du collectif Racine et un homme.

Valérie LaupiesValérie Laupies

Valérie Laupies

Valérie Laupies, cofondatrice du Collectif Racine, conseiller régional FN en PACA.

Alain Avello

Alain Avello

Alain Avello, 42 ans en 2013, enseigne la philo au lycée Mendès-France depuis 2002. Ce Yonnais installé à Nantes est aussi le cofondateur du collectif Racine. Il a adhéré au FN en 2011. "Nous ne sommes pas des nostalgiques de l’école d’antan. A ceci près que le système décline depuis trente ans et que le véritable progressisme c’est peut-être de restaurer quelques éléments d’un ordre ancien. Comme l’autorité."

Alain Dubreuil, secrétaire de la section parisienne du Collectif Racine, ancien Professeur des Universités en physique nucléaire et ancien inspecteur de l’AIEA

Collectif Racine

Daniel Philippot, le père de Florian Philippot a d'abord été enseignant puis directeur d'une école primaire à Tourcoing et à Linselles avant de prendre sa retraite en septembre 2015. En octobre 2015, il se présente à la tete de la section grand Nord du collectif Racine.  NB : il existe un second Daniel Philippot au sein du FN, ami de Louis Alliot, qui a été  candidat aux municipales à Barcarès en 2014.

Au moment du coming out de son fils comme directeur de campagne de Marine Le Pen, début 2012, ils répondait, réticent, à Nord Eclair : « Répondre à des questions sur l'enfance de mon fils ne me dérange pas mais je ne souhaite pas m'exprimer dans la presse sur ses idées. C'est son histoire, son parcours. Ce n'est ni ma vie ni mon engagement.  (...) Les anciens ont bien connu mon fils, on échange régulièrement des nouvelles de nos enfants respectifs. On vit ensemble sans s'ignorer. Pour le reste, chacun est libre de ses opinions... »
Florian Philippot, invité dimanche par BFMTV, n'a pas manqué d'être questionné sur les nouvelles responsabilités de son père. "Je suis très heureux qu'il puisse mettre toute son expérience, tout son savoir, au service de cette cause", a-t-il déclaré, assurant toutefois n'être impliqué en rien dans ce nouvel engagement. "Ma mère aussi été enseignante, j'ai vécu un peu dans l'ambiance hussards noirs de la République. Et je pense que c'est une école des méthodes classiques qu'il faut savoir restaurer". Alors, un nouveau membre de la famille Philippot vat-t-il bientôt faire son apparition sur la scène publique ? "Non, je ne crois pas", répond le fils.

Florian Philippot
À 30 ans, Florian Philippot, son fils, est le directeur stratégique de la campagne de Marine Le Pen pour les présidentielles. Un « coming-out » qui surprend sans surprendre l'entourage de ce diplômé d'HEC et de l'ENA. De Bondues, où il a grandi, à Saint-Germain des Prés où il vit aujourd'hui, il est l'apôtre du souverainisme.

À 20 ans, le jeune homme roulait pour Chevènement. « HEC avec le CHE » était le slogan de son comité grandes écoles pour la présidentielle de 2002. Dix ans plus tard, le haut fonctionnaire de l'Inspection générale de l'administration, au service du ministère de l'Intérieur, a radicalement changé de camp. En devenant l'énarque de Marine Le Pen.

Aujourd'hui en disponibilité - présenté sous une fausse identité en début de campagne, devoir de réserve oblige - Florian Philippot court les plateaux télé et répond aux journalistes avec panache. Le chouchou de Marine Le Pen s'affiche sans complexe.

http://www.nordeclair.fr/Locales/Halluin/2012/01/25/le-fils-du-directeur-d-ecole-chouchou-du.shtml



 


 

Le site du cazals - Ce site n'engage que ses auteurs et non le département de philosophie de Paris 8  -  Hébergé par Overblog