EMMANUEL TODD / Le fonctionnement anti-démocratique de l'Europe

EMMANUEL TODD / Le fonctionnement anti-démocratique de l'Europe

Ce que l’on voit à travers ça c’est que l’Europe n’est plus le monde d’une démocratie libérale égalitaire. L’Europe prend la forme d’un empire avec en son cœur une démocratie ethnique. Les peuples européens ne sont plus tous égaux. Il y a une démocratie qui fonctionne : l’Allemagne avec Merkel qui est soutenue par sa population, de manière un peu particulière parce qu’elle pratique l’union de la gauche et de la droite.LES RÈGLES DÉMOCRATIQUES NE S’APPLIQUENT PLUS AUX PEUPLES DOMINÉS DE LA PÉRIPHÉRIELes mécanismes démocratiques fonctionnent en interne dans le pays dominant mais les règles démocratiques, le droit de vote par exemple, ne s’appliquent plus vraiment aux peuples dominés de la périphérie. L’anthropologue belge Pierre Van den Berghe appelait ça une« herrenvolk democracy » et l’utilisait pour l’Afrique du Sud et les Etats-Unis avant la déségrégation. C’est un système de gouvernement dans lequel le système démocratique est accaparé par un groupe ethnique, tandis que les groupes dominés sont privés de leurs droits. Appliqué à l’Europe, on voit bien, que quand les Allemands votent, c’est important, mais quand les Grecs votent, ça ne doit plus compter. Comme lorsque les Français ont voté contre le Traité constitutionnel européen en 2005. En ce moment, on est entre deux mondes, les gens ne s’en rendent pas encore compte, notamment parce que même dans les pays dominés, il existe des élites oligarchiques qui se chargent d’appliquer le modèle du pays dominant. Il y a une tendance anti-démocratique latente partout . C’est une « Europe allemande » mais qui ne peut fonctionner en tant que telle que parce que c’est une Europe oligarchique.

Cette dérive antidémocratique est pour l’instant globalement acceptée parce que l’Europe est encore riche et qu’il y a quelque chose dans l’évolution de toutes les sociétés qui mène à l’inégalité. Le point fondamental, c’est la dimension éducative. Tout le monde savait lire et écrire, cela produisait un esprit égalitaire dans toute la société mais le développement de l’éducation supérieure fait qu’on a une population tronçonnée sur le plan éducatif. Il y a maintenant des gens qui se croient soit supérieurs, soit secondaires, soit primaires. Elitisme et populisme règnent.

En théorie, les gens sont toujours favorables à l’égalité, mais dans leur façon d’être, ils ne sont plus très égalitaires. Il faut ajouter à cela le vieillissement des populations. L’oligarchie est un monde de diplômés supérieurs et de vieux. Avec cette bizarrerie que les vieux, survivants de l’age de l’éducation primaire, ne sont pas tellement diplômés. Ce système oligarchique sera tolérée par mollesse jusqu’à ce que la baisse du niveau de vie devienne trop violente pour les jeunes, pour les vieux et pour les surdiplômés. 

Le site du cazals - Ce site n'engage que ses auteurs et non le département de philosophie de Paris 8  -  Hébergé par Overblog