POLITIQUE / La théorie du gradualisme révolutionnaire de Malatesta

Malatesta préfère parler d'anarchie plutôt que d'ordre ou d’ordonnancement ou d'anarchisme.

Errico Malatesta se concentre sur la prise en compte de cette idée que l'anarchisme est tendue non seulement l'élimination de toute hiérarchie et de l'autorité, mais aussi d'obtenir des gains sociaux qui pourraient affaiblir le gouvernement et en même temps améliorer la vie des exploités . Gradualisme signifie donc que le but ultime passe par l'acquisition de droits (ou privilèges) sociaux, plus que par la position d'anarchie en tant que couronnement et insurrection.
La lutte quotidienne pour répondre aux besoins immédiats, pour devenir indifférent aux classes dirigeantes, dans une sorte d'apnée artistique et poétique, est appelée par Malatesta et par Fabbri, la « gymnastique révolutionnaire ». Le gradualisme est donc pas réformiste, mais un transformateur (Malatesta préfèrent utiliser le terme «réformateur» afin de ne pas confondre avec le biais «réformiste» qui est une adaptation des axiomes du capitalisme aux changements de la société). S'agit-il de garder en tête un objectif révolutionnaire plus que constructif ?
Selon Malatesta gradualisme est nécessaire car il estime peu probable d'être mis en conditions de bonnes pratiques pour une révolution purement anarchiste. Les anarchistes ne peuvent vouloir imposer l'anarchie avec violence (que serait , autrement, l'anarchie ?) Devrait progressivement atteindre, sans tomber dans le piège du « réformisme », toujours travailler à créer les conditions révolutionnaires qui tirent vers le bas toute forme de domaine institutionnel.
Gradualisme révolutionnaire rejette l'idée présente dans de nombreux anarchistes de "tout à la fois", cela suffit pour faire tomber Etat et de gouvernement, car alors les choses "aggiustino cours". L'élimination des institutions ne doit pas conduire à la détérioration des conditions de vie des individus, sinon ils se tournent à nouveau vers les autorités paternalistes.
Le gradualisme est aux moyens, ce que l'anarchie est à l'ordre; cela est spécifié par le Malatesta:
"Nous ne devrions pas prévu de détruire tous croire que les choses vont travailler pour eux ...
Nous devons donc lutter contre l'autorité et les privilèges, mais profiter de toutes les bienfaits de la civilisation; et détruire quoi que ce soit de ce qui satisfait, quoique mal, un besoin humain, sauf si nous avons quelque chose de mieux pour le remplacer.
Vous devez étudier les problèmes pratiques de la vie: fabrication, commerce, relations avec les médias entre les groupes anarchistes et ceux qui vivent sous l'autorité, entre la société communiste et ceux qui vivent sous les individualistes, les relations entre ville et campagne, utiliser à son avantage de toutes les forces naturelles et des matières premières, la distribution des industries et des cultures selon les conditions naturelles des différents pays, à l'éducation, aux soins des enfants et des impuissants, toilettes et médicale ...
Intransigeante contre toute imposition et chaque exploitation capitaliste, nous devons être tolérants avec toutes les pensées sociales qui prévalent dans les différents groupes humains, à condition qu'elles ne nuisent pas à l'autonomie et le droit égal des autres (les deux faces de l'autonomie qui consiste à ne pas être séparé de ce qu'on peut) et se contenter de progresser peu à peu la mesure où elle augmente le niveau de vie et d'éducation des terriens.
... Mais ils auront toujours à se conformer autant que cela dépend de nous, les principes de base de l'anarchisme: "pas de commande de l'homme par l'homme, pas d'exploitation de l'homme par l'homme.

Selon la Fédération municipale de base de Spezzano albanese « une pratique libertaire [...] ne se nourrit pas d'illusions réformistes, ni une révolution pour lequel attend l'explosion que la réalisation d'un objectif, mais plutôt un pratique révolutionnaire gradualiste, trouver sa force dans le conflit grandit jour après jour, en dehors des institutions du pouvoir, avec les structures d'auto-organisation et l'auto-gestion qui, de municipalités, préfigurent [...] de la société « autogérée ». »

« comme la conscience, la volonté, la capacité augmentent graduellement et ne peuvent trouver l'occasion et les moyens de se développer que dans la transformation graduelle du milieu et dans la réalisation des volontés au fur et à mesure qu'elles se forment et deviennent impérieuses, de même l'anarchie ne s'instaurera que peu à peu pour s'intensifier et s'élargir toujours plus. Il ne s'agit pas d'arriver à l'anarchie aujourd'hui ou demain ou dans dix siècles, mais de s'acheminer vers l'anarchie aujourd'hui, demain et toujours. [...] chaque coup porté contre la propriété individuelle et du gouvernement, est un pas vers l'anarchie [...] chaque fois que l'autorité est amoindrie, chaque fois qu'une plus grande somme de liberté est conquise et non mendiée, c'est un progrès vers l'anarchie. » Errico Malatesta, tiré de Vers l'anarchie (1910) dans Le réveil.

Le site du cazals - Ce site n'engage que ses auteurs et non le département de philosophie de Paris 8  -  Hébergé par Overblog