Paul-Marie Coûteaux

Paul-Marie Coûteaux

Paul-Marie Coûteaux
incarne la mouvance gaulliste au sein de la mouvance souverainiste. ​Ancien membre d'ATTAC, et ayant des sympathies pour le souverainisme de l'Action française. Est également connu pour être, comme Jean-Pierre Chevènement et Charles Pasqua, un fervent partisan du néo-jacobinisme, prônant le retour à un État centralisateur.

Parcours (0)
Fils de l'écrivain André Couteaux et le petit-fils de Katevanna Elbori-Dsasokof. Ancien élève de l'Institut d'études politiques de Bordeaux. Titulaire d'une maîtrise en droit public et d'un DEA en relations internationales. Il est également ancien élève de l'ENA, promotion Henri François d'Aguesseau (1982). Diplomate de formation, gaulliste, il dirige un temps la revue doctrinale Une certaine idée, éditée par le RPR. Conseiller dans différents cabinets, celui de Michel Jobert de 1981 à 1983, de Philippe de Saint Robert de 1984 à 1987, de Jean-Pierre Chevènement entre 1988 et 1991, de Boutros Boutros-Ghali de 1991 à 1993 puis de Philippe Séguin à l'Assemblée nationale de 1993 à 1996.Rejoint Charles Pasqua lors de sa scission avec le RPR en 1999 et est élu député européen sur la liste conduite par Charles Pasqua et Philippe de Villiers. Membre du Rassemblement pour la France (RPF) fondé par Pasqua. Crée l'Entente souverainiste en 2001, qui devient en 2003 le RIF, parti politique qui dénonce « la démission conjointe de ceux qui ont en charge l'intérêt national et le bien commun des Français ». Crée une lettre d'actualité mensuelle, L'Indépendance en novembre 2002,, qu'il complète en 2006 en créant la revue trimestrielle Les Cahiers de l'Indépendance, consacrée à des analyses de fond et d'envergure. Conserve son mandat de député européen,étant la tête de liste MPF en Ile-de-France en 2004. Est élu président du Rassemblement pour l'indépendance et la souveraineté de la France (RIF), succédant à Jean-Paul Bled en mai 2008. Aux européennes de 2009, n'est pas réinvesti par le MPF, qui lui préfère Jérôme Rivière comme tête de liste en Ile-de-France. Se rapproche alors de Nicolas Dupont-Aignan et de Debout la République que la tête de liste en Ile-de-France, Anne Marie Le Pourhiet, a quitté. Annonce sa candidature, soutenue seulement par le RIF car l'alliance ne se fait pas. (0)
Nous complétons. Président Fondateur du parti Souveraineté, Identités Et Libertés (SIEL). Objectif du SIEL comme le déclare le site d'information du FN : servir de passerelle pour des souverainistes qui ne veulent pas forcément adhérer au FN, comme le professeur de droit Catherine Rouvier, ex-UMP, ou Karim Ouchikh, ex-PS, devenu le conseiller culture de Marine Le Pen. Il a œuvré au ralliement de Florian Philippot, et de Bertrand Dutheil de La Rochère (1). Il est aussi un intermédiaire avec des élus UMP.Candidat du Rassemblement Bleu Marine (RBM) sans appartenir ouvertement au Font national (FN). Animateur de Les Cahiers de l’Indépendance. Animateur du Libre Journal sur Radio Courtoisie. A participé aux « Rencontres Charles Martel » hebdomadaires organisées par Riposte laïque en 2015. Voir Hervé Coutau-Bégarie*.​

Faits (0)
En 1998, publie Traité de savoir-disparaître à l'usage d'une vieille génération, essai en forme de pamphlet contre Mai 68.

Lors de la campagne présidentielle 2002, il soutient activement la candidature de Jean-Pierre Chevènement. À la suite de la présence au second tour de Jean-Marie Le Pen, il n'appela pas à voter Chirac tout comme William Abitbol et Florence Kuntz, ce qui lui valut d'être exclu du Pôle républicain.

En 2005, il fait campagne pour un « non » souverainiste de droite dans la campagne référendaire sur le Traité établissant une Constitution pour l'Europe ancêtre du=es TUE et TFUE du processus de Lisbonne.

À l'occasion du second tour des élection présidentielle française de 2007, il appelle à voter blanc.

Intervient régulièrement dans le Libre Journal de Philippe de Saint Robert sur Radio Courtoisie, Prend la direction d'un Libre Journal de la nuit (tous les mercredis soirs, et rediffusés les vendredis soirs à 21h30), assisté par le spécialiste de la géopolitique, Hervé Coutau-Bégarie.

Références
Voici les conseils de lecture (2) de Paul-Marie Coûteaux à Marine Le Pen pour lui permettre de briller en société.
>> La Princesse de Clèves, de Madame de Lafayette
Ce n'est pas par hasard que Sarkosy (sic) l'a pris pour cible, au titre de l'inutilité des lectures classiques, car c'est le parangon d'un certain esprit français.

>> Sade
À lire pour être à la mode mais dans le genre libertin j'aime autant Sade dont la langue est vraiment merveilleuse mais dont le maniement public est bien entendu délicat…

>> Le Cid, de Corneille
[Je] vous suggère de relire Le Cid, (en gros sur la fidélité à son père, et surtout, comme toujours, le choix de la grandeur contre les attachements immédiats: c'est une des quelque 15 pièces que de Gaulle savait par cœur, ce qu'on imagine plus aujourd'hui).

>> À la recherche du temps perdu, de Marcel Proust
Relisez au moins ce que lisent tous ceux qui prétendent avoir lu Proust, c'est à dire la première partie 'Du côté de chez Swan'- au moins le premier chapitre qui va jusqu'au fameux épisode de la Madeleine, soit une cinquantaine de pages. […] Je vous signale qu'il est extrêmement agréable de 'lire' Proust en l'écoutant sur CD.

>> Les Particules élémentaires, de Michel Houellebecq
Il faut absolument avoir lu le roman qui a relancé l'aura de la littérature française dans le monde : 'les Particules élémentaires', description de la part la plus glauque de la modernité, la fadeur du plaisir facile, la mort du désir, le relativisme, la grisaille, la beaufitude générale.

>> Paul-Marie Coûteaux lui suggère un autre auteur vivant, Renaud Camus, "auteur mal vu des bien-pensants" selon lui.

Forum national des droites organisé les 12 et 13 avril 2013, à Dourdan, en Essonne. !on peut voir Renaud Camus, puis Paul-Marie Couteaux et Marine Le Pen. Il fut organisé au Normont qui doit accueillir cette manifestation. Un hôtel qui était déjà l’hôte des dernières universités d’été de Debout la République (DLR), le parti souverainiste de Nicolas Dupont-Aignan.

Forum national des droites organisé les 12 et 13 avril 2013, à Dourdan, en Essonne. !on peut voir Renaud Camus, puis Paul-Marie Couteaux et Marine Le Pen. Il fut organisé au Normont qui doit accueillir cette manifestation. Un hôtel qui était déjà l’hôte des dernières universités d’été de Debout la République (DLR), le parti souverainiste de Nicolas Dupont-Aignan.

Sources

(0) Nous reprenons une ancienne version de l'article de wikipédia retrouvée sur internet.

(1) Jean Guillaume, Les têtes chercheuses de Marine Le Pen, FNinfos, 8 novembre 2013.

(2) Le Lab d'Europe 1, le 20 février 2015.

Le site du cazals - Ce site n'engage que ses auteurs et non le département de philosophie de Paris 8  -  Hébergé par Overblog