PENSEE GRECQUE 1 / Les Athéniens et les Thébains

  • Anthony Le Cazals

Il est intéressant de remarquer que les deux auteurs qui ne sont pas parmi les 8 philosophes que rumine Nietzsche (Platon, Rousseau, Spinoza, Kant, Schopenhauer, etc...), il y a deux poètes thébains Pindare et Plutarque, qui sont des écrivains de la vivification. Si on ajoute Hésiode et sa théogonie (nécessaire à l'esthétique nietzschéenne ou devrai-je dire post-wagnérienne) et OEdipe/Antigone alors on perçoit une polarité presque passée inaperçue. Jusqu'à ce que la bataille de Platée, résolve le problème, il y a eu une grande rivalité entre Thèbes et Athènes. On la retrouve explicitement chez Pindare, en cela rien de neuf : "Pindare n'aimait pas Athènes dont l'esprit démocratique l'inquiétait : préférant les villes gouvernées par une aristocratie sachant instaurer le « bon ordre » (en grec ancien, l'εὐνομία)" (premier paragraphe sur wiki). Pourtant, Nietzsche n'a jamais nommé explicitement cette fracture.
L'un des sept sages de la Grèce qui était thébain est aussi connu pour avoir tué toutes les épouses ou favorites qu'il avait répudié, et quelques autres faits dont je ne me rappelle plus, mais tout savoureux du point de vue de notre morale chrétienne pacifiée (loin de celle de Game of Throne par exemple, Le trône de fer).

Le site du cazals - Ce site n'engage que ses auteurs et non le département de philosophie de Paris 8  -  Hébergé par Overblog