832. Le Ki du budō ou l’affectivité orientale de la voie martiale.

  • Anthony Le Cazals
  • Thèse

 On peut distinguer, selon Shigeru Uemura, différents types de coups portés832d. L’un d’eux vise à éperonner la conscience de l’adversaire et à réduire son agressivité pour l’amener à un réveil d’affectivité. Cette affectivité est le fond primordial de la volonté de puissance pour parler en termes nietzschéens, ou si vous voulez le dionysiaque dans lequel baigne toute effervescence et toute radicalité. Son équivalent allemand est la stimmung, certains en font une idée-force, un affect en tant que devenir comme Deleuze ou un bloc d'expérience à la Dewey. L'affectivité n'est pas un simple soi, un simple Dedans, c’est aussi un no man's land, comme le cultive Clarisse Lispector ou Nina Berberova ; c’est aussi un lieu d'attente comme pour Beckett. Ces différents registres de l’affectivité montrent qu’elle n’est pas absente de la culture des différents continents et qu’elle est bien une dimension primordiale plus que « générique » de l’existence. C’est le vif 530, c’est l’intime comme « champ magnétique » produit par l’euchronie du cerveau et du cœur. Il n’est pas loin du « génie du cœur 938 » de Nietzsche NzBM°295, comme dimension porteuse, noble dirait Nietzsche. En cela on pose une pensée de la convergence ; convergence qui montre que les investigations sur le ki reposent plus largement sur une tendance propre à l’hémisphère droit de notre cerveau 816 à développer une pensée plus intuitive que discursive. Cette tendance comporte toutefois des imprécisions, mais elle permet d’aborder l’existence avec une énergie et une sensibilité différente, d’œuvrer dans une voie accomplie, qui n’est à la base qu’une simple conjecture. C’est une manière d’éviter tant l’écueil dogmatique que la douleur propre à l’ascétisme, lequel finit tôt ou tard par poser d’un côté l’esprit dominateur et de l’autre le corps entamé alors que ce sont là la simple manifestation d’une même affectivité dépréciative contre laquelle savent aller les recherches sur le ki. Il ne s’agit pas obligatoirement de les mener mais de porter attention à l’affectivité d’où l’on s’exprime — c’est la fameuse question qui veut ? qui s’exprime ? chez le généalogiste Nietzsche, dont nous verrons qu’il a simplement développé cette tendance de notre hémisphère droit à produire une pensée plus intuitive et affective — qui ne repose pas forcément sur la distinction entre métaphore et idée, mais davantage sur la différence entre un pari sur l’existence (discours intime qui ressent puis conjecture 918 sur l’avenir) et le jugement a priori que l’on peut porter sur elle (discours qui professe). Un troisième grade viendrait coiffer ces allers-retours entre hémisphère droit : ce serait l’esprit indomptable du moine Sohō ou l’esprit libre 412f de Nietzsche, sauf que comme le rappelle ce dernier il n’y en a jamais eu et il n’y en pas. C’est un simple fantasme, qui n’est pas seulement chrétien par le motif de la libération qui le sous-tend mais qui masque mal une volonté de domination NzGS. Il est toujours possible de nommer « esprit », la direction 412c que se donne une énergie.

 

a. La voie martiale, budō.  Budō signifie littéralement la voie martiale. Il est nécessaire de réfléchir à la pratique technique d'arts martiaux (bu) en rapport avec la notion de voie (do). C'est une conception moderne qui vise une formation globale de l'homme, intellectuelle et physique, à travers les disciplines traditionnelles de combat. Le budō est un terme général qui recouvre l'ensemble de ces disciplines. … Pour les maîtres japonais, une des difficultés les plus importantes est la communication des techniques corporelles du budō liées aux aspects spirituels. Car, s'ils veulent vraiment être compris, ils sont obligés de relativiser un peu leur conception de la vie, ce qui les conduit à une certaine mise en cause de leur propre conception du monde. Ce n'est pas une chose facile. … La constance et la tension de l'effort demandé par le budō tendent à renforcer la vision de l'universalité de la valeur de la vie portée par la voie car avoir plusieurs visions peut conduire dans le «  mayoï » (la perte de direction à suivre). Le budō forge la force d'aller directement vers l'objectif, même parfois au détriment de la pensée critique. … La pensée de la voie apparaît spontanément lorsque la tension vers la formation de soi s'associe à la pratique de l'art martial, à la progression au cours du temps. Autrement dit, aussi longtemps que cette tension n'y apparaît pas, une pratique ne peut pas comporter la pensée de la voie et, par conséquent, elle ne se constitue pas en budō. Shigueru  Uemura UemMEI. Il est relativement difficile d'aborder la voie sans étudier. Et pourtant, il est impossible de dire qu'un homme incarne la Voie simplement parce qu'il étudie et peut en parler avec emphase. Il est aussi des hommes qui sont naturellement en harmonie avec la Voie et qui n'ont jamais, au grand jamais, étudié. Munemori MunSV_85-86.

 

b. L’affectivité orientale, le ki. — Qu'est-ce que cette sensation corporelle ? En japonais, elle est exprimée au moyen de la notion du « ki ». … Je pense que la sensation corporelle du « ki » est communément présente dans l'expérience humaine. Mais la forme d'interprétation de cette sensation varie selon la culture. Par exemple, le caractère logique est bien plus développé dans les langues occidentales que dans la langue japonaise. Mais il n'y a pas dans les langues occidentales, et c'est une difficulté majeure des traductions, de mot équivalent à « ki ». Ce terme couvre en japonais les sensations et les impressions mystérieuses, vagues, intangibles qui touchent quelque chose au fond de notre être, qui relève d'une acuité probablement archaïque ou refoulée. Cet ensemble d'impressions difficilement définissables par un mot est présent dans l'expérience quotidienne, la littérature et les arts japonais ; lorsqu'on doit la nommer, on dit le « ki ». … L'exclusion de ces sensations et impressions de la surface des vocables me semble corrélative du développement du caractère logique des langues occidentales. La pensée rationnelle s'est vraisemblablement développée en refoulant cette sensibilité. … Dans la pratique de budō, existe [même] une autre forme de « ki » : le « ki » synchronisant. C'est à dire que les adeptes pratiquent, chacun anticipant l'énergie de l'autre. Tous deux s'exercent à se placer réciproquement, en quelque sorte, en situation d'émetteur et de récepteur de radio. Shigueru Uemura UemMEI.

 

c. Une pratique encore dualiste, le gyo. — Pour avancer dans la pratique du budō, chacun sait qu'il faut de la concentration, de la volonté, de la conviction, voire un esprit immuable... afin de pouvoir persévérer durant des années d'entraînement. … Dans la pratique de gyo, l'exercice consiste à aller du corps à l'esprit et aussitôt bascule de l'esprit au corps. La recherche permanente d'un équilibre des deux donne l'impression qu'ils sont confondus mais, si l'on y regarde de près, la dualité est sous-jacente et elle est à la base de tout le processus de gyo. Dans cette pratique parfois le corps domine mais, à une autre étape, c'est l'esprit qui dominera. Le rapport « corps-esprit » y est fluctuant mais l'objectif est d'atteindre un état où, si on règle le corps, l'esprit est réglé et, si on règle l'esprit, le corps est réglé. Shigueru Uemura UemMEI.

 

d. La pratique des trois poings ou comment faire ressentir le ki. — Le maître Wang Xian Zhai a effectivement livré plus de mille combats dans son existence, ce qui a contribué à lui valoir une grande notoriété et le surnom de «Main du Pays». De son vivant, il distinguait trois sortes de poings, c'est-à-dire trois types de situations. Par ailleurs, tout dépend de la nature du combat. À cette époque les experts n'avaient pas besoin d'aller au K.O. pour savoir qui avait gagné. Un peu comme au jeu d'échec. Il y a celui qui provoque la haine, dans une bagarre de rue, en blessant physiquement l'adversaire. Il y a celui, plus sophistiqué, que peut donner un pratiquant d'arts martiaux, lorsqu'il vise le corps énergétique de l'autre et génère, de ce fait, la peur. Enfin, il y a le troisième coup de poing qui vise à toucher la conscience, à faire fondre l'agressivité et l'orgueil de l'adversaire afin d'amener en lui un « éveil ». Celui-là doit être celui de tout initié du Da Cheng Chuan. Il exprime l'amour et non la haine. En ce qui concerne la dimension du bien être et de la santé, le Da Cheng Chuan peut leur ouvrir de vastes horizons... Shigueru Uemura UemMEI.

 

e. Autre technique, le sabre qui immobilise.  …le sabre de Kamiizumi Hidétsuna. Vous avez peut-être vu le célèbre film d'Akira Kurosawa « Les sept samouraïs » ? Vous vous rappelez du vieux maître qui se fait raser le crâne pour sauver un enfant capturé par un brigand. Cette image est empruntée à une anecdote relative à Kamiizumi Hidétsuna. Dans ce film, le maître tue le brigand mais, selon la transmission d'Owari Yagyu, il ne tue pas. Le maître déguisé en moine donne les boulettes du riz au brigand affamé qui, pour les recevoir, ôte les mains de son sabre, le maître l'immobilise sans le tuer. Selon maître Yagyu, cet esprit est à la base de l'école de Hidétsuna. Il s'agit de créer, avant même le combat, une situation stratégique grâce à laquelle on peut dominer l'adversaire sans le tuer. On appelle cette pensée sur le sabre « katsunin ken », le sabre qui fait vivre l'homme.  Shigueru Uemura UemMEI. 

élias 17/06/2014 17:29

article extrèmement interessant, merci beaucoup:)

Le site du cazals - Ce site n'engage que ses auteurs et non le département de philosophie de Paris 8  -  Hébergé par Overblog