931. Les transmutations de sens divin : procession et conversion.

  • Anthony Le Cazals
  • Thèse

A la lecture de Saint-Genet SarSG, tout s’éclaire encore une fois, le renoncement au projet comme troisième type de transmutation que mettent en lumière les deux premiers : La transmutation en objet et la transmutation en sujet par auto-défense. En somme l’âne/le chameau et le lion dans Ainsi Parlait Zarathoustra NzAZ, avant d’en arriver à la troisième transmutation, celle vers l’enfant. Le réel _283 ne parle pas à Genêt. C’est la souffrance abstraite qui lui parle dans sa symbolique d’élévation et de rabaissement _278. Ce n’est pas que la réalité lui échappe, au contraire la ville n’est qu’une collection d’objets rangés en bon ordre _289, mais il a une volonté tournée vers le renoncement ; sa méchanceté fait s’effondrer le « Mal », l’annule par « l’impossible nullité » _271. Son impossibilité de vivre _209, son extase mystique _279, sa passion _283 de la sainteté et du martyre sont toutes entières dans l’austère entreprise de vivre _283. C’est toute la chrétienté qui s’exprime avec le discours de Sartre comme unité synthétique. Celui-ci complète avec prophétie, les figures du saint et du martyr, synthèse non-unitaire que nous faisons. Il n’y a de profane que pour autant qu’il y ait de temple sacré. Pour quoi se passionne-t-on ? De quelle nervosité — ou dose d’abstraction — sommes-nous capables ? Telles sont les questions, si la souffrance du saint et du martyr est tout élévation et abaissement c’est-à-dire instincts sacrés. L’inconscient freudien — comme la conscience — a peu sa place au milieu des instincts sinon que la conscience y occupe toute la place.et rate l’impensé du projet par indifférence pour ce qui l’entoure _289 et non pour les abstractions qu’il fait tournoyer _210 _271 _286 pour avoir le tournis par peur de l’enlisement _112 _267, par passion de la crise _268 comme transmutation. Peur de la déchéance en objet mais raté (mißgeraten Nz) du sujet, de l’homme supérieur : il y a retour au substantialisme _276. Impossibilité de produire une morale propre à Genet. Impossibilité de s’accomplir en tant qu’homme, refus de l’enfantement : « pour qui constate que les enfants des autres vont à l’école... » _292. Chez Genet, selon le jugement de Sartre, cela se manifeste par l’impossibilité de faire souche. D’où le vagabond dérisoire soumis au cycle, au retour imprévu du rejeté : la substance, une sorte de réalisme platonicien _73 en ce qu’il est aussi idéalisme _70. Il devient voleur, criminel, traître par auto-défense, et même par miracle ou par élection, aggravant ainsi les problèmes. Il devient Saint et Martyr par comédie. La situation est encore celle d’un théâtre de la représentation, avec son souci de la (dé)monstration. Les deux types de transmutations qu’a apprivoisées Genet sont aussi défendables selon le double registre des catégories de l’être et des catégories du faire dont Sartre donne la double liste. Ce qui est résumé par tout le projet existentialiste : la « liberté » c’est savoir ce que nous faisons à partir de ce qui est attendu de nous. Mais ne cédant à la comédie de la sainte, Sartre piège dès lors Genet. Les deux premiers types de transmutation ne sont que « procession » et « conversion », c’est-à-dire une reprise des termes néo-platoniciens de Plotin, dans sa synthèse conciliatrice de Platon et d’Aristote. Peut-être y a-t-il là trop de dialectique, cette contradiction qui boucle tout et qui, chez Genet, met en conflit un quiétisme mystique et un activisme volontaire _279 _492, le « Destin » et la « Liberté ».

 

Le site du cazals - Ce site n'engage que ses auteurs et non le département de philosophie de Paris 8  -  Hébergé par Overblog